Titulaire d’un Master en Conservation-Restauration de l’Ecole Supérieure d'Arts d'Avignon, d'une maitrise d'Arts Plastiques, ainsi que d'une licence d'Histoire de l'art à l'Université Picardie Jules Verne, j’ai choisi d’orienter ma carrière professionnelle vers un métier d’analyses, relationnel, créatif : Conservatrice-Restauratrice d'œuvres métalliques, dont j'ai pour coeur de compétence la conservation-restauration de pièces issues de trois double domaines : artistique-automobile, artistique-motocyclette, artistique-cycle, ainsi que de pièces issues de trois secteurs : les voitures automobiles, les motocyclettes et les cycles. C'est une première étude en 2012 de Les Machines à Voir de Jean Luc Parant conservée au MAC de Marseille, qui posa les bases de sa réflexion sur la conservation-restauration automobile avec la présence d'une Jaguar Mark II de 4,8L, dit MK2 de 1968. Mon stage de spécialisation en conservation-restauration s’est déroulé à la Cité de l'Automobile-Collection Schlumpf de Mulhouse où j’ai pu prendre en charge la conservation de plusieurs modèles d'automobiles de marque européenne allant de 1895 à 1960. Cet éventail m’a permis de mieux comprendre les problématiques de conservation qui se rattachent au domaine sus cité.

 

Mon mémoire de Mastère porte sur l'étude d'une œuvre de 1995 d'Alain Bublex comportant cent vingt cinq pièces : Aérofiat. J’ai pu réaliser une étude de l'œuvre dans sa globalité à l'aide d'une base de données crée pour regrouper les informations historiques, techniques, ainsi que de conservation-restauration dans les domaines artistique et automobile. Après avoir réaliser une étude historique et technique des pièces, j’ai pu poser un diagnostic précis, apportant une proposition de traitement adaptée ainsi que des conseils en conservation préventive, curative.

 

Conservatrice-restauratrice de véhicules anciens, habilitée musée de France, j’ai réalisée avec des collaboratrices la stabilisation d’un véhicule emblématique : un coach Landaulet électrique de 1906. Ce véhicule de la marque Kriéger, dernier née de l’hybridation entre l’hippomobile et les avancées techniques de son époque, a fait l'objet d'une restauration respectueuse de sa valeur matérielle, immatérielle ainsi que de son historicité. J’ai également participé au récolement de véhicules hippomobiles et automobiles inestimables au Musée de la Voiture et du Tourisme, placé au cœur du Palais Impérial de Compiègne. Outre le récolement de véhicules hippomobiles, automobiles inestimables, je me suis également occupée de modèles réduits, de plaques signalétiques, de jouets etc